Les intérêts de la méthanisation pour les agriculteurs

La méthanisation quel intérêt pour les agriculteurs ?

Tas de pièces

Diversification des revenus

Grâce aux tarifs de rachat de l’électricité et du biométhane garantis respectivement sur 20 et 15 ans, la méthanisation apporte un revenu complémentaire stable et sécurisé.
Cela peut permettre de pérenniser une exploitation agricole ou d’aider à l’installation d’un nouvel associé sur l’exploitation. 
Toutefois, il faut préciser que la méthanisation n’est pas une solution pour remettre à flot une exploitation agricole en difficultés car l’investissement est conséquent.

Si je souhaite développer un projet de méthanisation, c’est d’abord pour dégager un revenu supplémentaire afin que mon fils puisse s’installer avec nous sur le GAEC.

Didier B.
Vue aérienne d'une ferme
Main qui tient de la terre

Des effluents d’élevage au digestat

Traditionnellement les effluents d’élevage sont épandus sur les sols agricoles afin de les fertiliser. Après méthanisation c’est le digestat qui est retourné au sol afin de ramener la partie de la matière organique qui n’est pas transformée en gaz et des éléments nutritifs. Si l’épandage des fumiers et lisiers est souvent source d’odeurs et donc de nuisances auprès des riverains, le digestat lui est inodore. 

Les éléments fertilisants nécessaires aux plantes cultivées comme l’azote, le phosphore et le potassium sont totalement conservés et se retrouvent dans le digestat. La forme de l’azote est modifiée par l’action des bactéries et devient plus facilement assimilable par les plantes. 

Le digestat peut être utilisé tel quel ou subir une séparation de phase qui permet d’obtenir une fraction solide et une fraction liquide. Le digestat liquide sera riche en ammonium (NH4) et s’apparentera à un engrais liquide. Le digestat solide aura lui une action similaire à un amendement de fond. Cette séparation de phase permet donc d’obtenir des produits plus spécifiques qui répondent plus précisément aux besoins des plantes. Cette solution offre plus de souplesse à l’agriculteur en terme d’épandage et de stockage, ce qui favorise l’utilisation du digestat pour la fertilisation des cultures en remplacement des engrais de synthèse. 

Ampoule

Le saviez-vous ?

Une économie moyenne de 16,5kg/ha (soit 20%) d’engrais de synthèse a été observée sur les unités de méthanisation étudiées par le programme Methalae.

Source : Synthèse technique Methalae 2018

Main avec plante dedans

Amélioration des pratiques agro-écologiques

Les effluents d’élevage des exploitations ne sont souvent pas suffisants à eux seuls pour garantir une production de gaz suffisante pour rendre l’unité de méthanisation rentable. Pour éviter de faire appel à des ressources extérieures à l’exploitation donc non maîtrisées, de nombreux agriculteurs méthaniseurs font le choix de cultiver des CIVE ( Cultures Intermédiaires à Vocation Energétique)  pour alimenter le méthaniseur.

La CIVE est une culture ou mélange de cultures qui est implantée à un moment où le sol n’est pas occupé par une culture principale à vocation alimentaire. Ces cultures ont de multiples bénéfices agro-environnementaux. Ils évitent de laisser les sols nus et donc réduisent l’érosion, améliorent l’activité biologique des sols, piègent l’azote et évite la pollution des cours d’eau l’hiver. 

L’intégration de CIVE permet aux agriculteurs de repenser globalement leur système en diversifiant les assolements et en allongeant les rotations ce qui peut permettre de réduire la pression d’adventices et donc de réduire l’utilisation d’herbicides. C’est aussi l’occasion d’intégrer des cultures mellifères afin de participer à la biodiversité et à la protection des insectes pollinisateurs. 

Ampoule

Le saviez-vous ?

Les travaux menés par ARVALIS montrent que la matière organique restitué au sol à la suite d’une CIVE (chaumes et racines) est au moins équivalente à la biomasse restiturée par la destruction d’une CIPAN*, sans compter l’apport de carbone organique par les digestats.

*CIPAN : Culture Intermédiaire Piège À Nitrate
Source : Synthèse technique Methalae 2018

Personnes en réseau

Intégration dans le territoire

Créer une unité de méthanisation c’est l’opportunité de développer des liens avec son propre territoire et notamment avec :

  • Les agriculteurs voisins et les structures agricoles locales : Les échanges de matière (par exemple du fumier contre du digestat), l’apport de CIVE ou la fourniture de services (travaux d’épandage de digestat avec une CUMA, prestation de séchage de produits d’une coopérative avec la chaleur de la cogénération…) sont des exemples de partenariats fréquents.
  • Les industries agro-alimentaires et les grandes et moyennes surfaces du territoire : ces entreprises détiennent des ressources méthanisables (co-produits, invendus…) qui trouvent grâce à la méthanisation un débouché local et complètent la ration des méthaniseurs.
  • Les collectivités : Les déchets locaux comme les déchets verts des communes et les biodéchets des ménages sont des ressources méthanisables. De plus, pour valoriser la chaleur issue de la cogénération on peut mettre en place un réseau de chaleur pour chauffer des bâtiments communaux (écoles, gymnases, piscines…).
  • Les citoyens : Ceux-ci peuvent s’engager dans le développement de l’unité grâce au financement participatif et ainsi devenir acteur de la production d’énergie renouvelable sur leur propre territoire.
Méthaniseur