• Publié le 10 mai par MéthaN-Action

REPLAY : Webinaire diversifier les sources de financements pour son projet de méthanisation

Le 6 mai 2021, MéthaN-Action proposait de suivre en direct un webinaire sur le sujet de la diversification des financements pour les projets de méthanisation. Pour cette occasion plusieurs intervenants sont venus proposer leurs solutions permettant notamment aux agriculteurs porteurs de projets de compléter les fonds propres exigés par les organismes bancaires. De quoi en savoir davantage sur l’investissement des collectivités, les fonds d’investissements privés ou encore le financement participatif !

Plus de 70 personnes ont assisté à cet événement ! Vous l’avez manqué ? Le replay est disponible ci-dessous ! Vous trouverez également sur cette page les présentations des intervenants et une retranscription des questions/réponses du chat.

Toute l’équipe MéthaN-Action remercie les intervenants pour leur participation de qualité !

Le Replay

Vous recherchez un passage particulier ?

  • Présentation de Caroline Bonnet, Crédit Agricole Charente Périgord : 4mn à 21mn30.
  • Présentation de Hervé Lecomte, investissement des collectivités l’exemple de SERGIES : 22mn à 35mn20.
  • Présentation du fonds régional Terra Energies, par Hervé Lecomte pour Mathieu Goddefroy : 35mn20 à 40mn.
  • Présentation de Benoit Viron, fonds d’investissements privés l’exemple du fonds Agri-Impact : 41mn30 à 53mn20.
  • Présentation des solutions de prêts de la BPI par Guillaume Roblin : 1h09mn à 1h28mn
  • Présentation des solutions de financement participatif d’Energie Partagée par Suzanne Renard : 1h29mn à 1h49mn.
  • Présentation des solutions de financement participatif de WiSEED Transitions par Jean Marc Clerc : 1h49mn à 2h04mn.
  • Témoignage de Côme de Villelume, porteur du projet agricole collectif Agriseudre Energies : 2h04mn50s à 2h22mn30s.
  • Conclusion du webinaire par Guillaume Dufil de l’ADEME et Florence Dostes de la Région Nouvelle-Aquitaine: 2h23mn25s à 2h36mn.

Présentations & Ressources

Questions-Réponses

Combien de temps faut-il au crédit agricole pour instruire un dossier concernant la méthanisation ?

En général, plusieurs semaines.

Allez-vous instruire des dossiers sans subventions publiques (compte tenu des nouvelles règles de calcul du tarif achat gaz) ?

Il est toujours possible d’étudier des dossiers sans subvention. C’est l’économie des projets et les ratios que nous choisissons pour qualifier un projet qui permettront de statuer.

Est-ce que SERGIES peut-être amené à investir en dehors du département de la Vienne ?

Cela est arrivé, par exemple c’est le cas sur Demeter Energies situé dans les Deux-Sèvres. Toutefois nous privilégions l’investissement local, donc si d’autres structures existent sur le département en question (comme ENR64 dans les Pyrénées-Atlantiques, Gironde Energies dans le 33…) nous évitons.

Quels sont les critères de sélection des projets de SERGIES ?

Réponse audio complète à 33mn30s

Le premier point, c’est que l’on recherche un partenariat donc un ou des porteurs de projet qui vont être intéressés par cette démarche de co-actionnariat, pas seulement en recherche de fonds propres. On regarde aussi bien sur la solidité des exploitations agricoles puis une analyse économique du projet en lui-même avec la réalisation d’audits.

Quel est le taux d’intérêt appliqué lors de la conversion des obligations convertibles du fonds Agri-Impact ?

L’objectif de rentabilité dépend du projet et notamment du niveau de risque pris par les investisseurs. Cela est défini dès le début du projet. N’hésitez pas à nous contacter pour une réponse adaptée à votre projet.

Benoit Viron a également apporté une réponse orale à cette question à 56mn40′.

Quelle est la position des banques vis à vis des fonds privés ?

Réponse audio complète à 1h02mn10s

Il n’y a pas de position négative. Un des moyens pour nous de réduire le risque pour nous sur ces projets de méthanisation c’est de pouvoir faire appel à des investisseurs privés. Ce qui est important c’est que les porteurs de projets se mettent d’accord sur les règles de fonctionnement avec ces interlocuteurs pour la vie du projet. Il est peu probable qu’à court terme on revoit notre position sur les fonds propres attendus, donc si les aides publiques baissent il y a un delta qu’il faudra bien combler.

Etes-vous prêt à accompagner des projets innovants ou ayant peu de références sur le territoire ? Par exemple des projets de micro-méthanisation en voie sèche.

Réponse audio complète à 1h04mn20s

Du coté de SERGIES nous le faisons peu. Même si tout s’étudie, des financements dédiés à l’innovation seront plus appropriés.

Du coté d’Agri-Impact nous étudions tous les dossiers, si le projet ne rentre pas dans nos critères nous pourrons essayer de proposer d’autres solutions via notre réseau de partenaires.

Pour sécuriser les banques les intrants produits sur sites sont privilégiés. Quelle part maximale de CIVES peuvent être intégrées? Quid de projets de valorisation de biochets issus du tri a la source?

Pas de réponse a priori, les projets et leurs gisements sont à étudier au cas par cas. Le fait que les gisements soient captifs est considéré comme un point positif permettant de maîtriser l’approvisionnement.

Quelles sont les exigences de BPI vis-à-vis des autres banques ?

Aucune sauf à leur demander leurs rapports d’expertises pour valider la faisabilité du projet. Après nous pouvons vérifier certains points du dossier avec elles si besoin.

La BPI peut-elle intervenir sur des entreprises agricoles (EARL, GAEC…) ?

Nous intervenons sur toutes les sociétés quelle que soit leur forme juridique, à l’exclusion des entreprises individuelles.

Quelles sont les pratiques de la PBI en terme de taux d’emprunt ?

Taux fixe entre 2.50% et 2.80% selon la durée du crédit à titre indicatif selon le barème du mois.

La BPI peut-elle aussi apporter des garanties aux prêts bancaires ?

Oui nous pouvons apporter notre garantie aux banques si besoin et ce même si nous intervenons en prêt sans garantie méthanisation en parallèle.

Les prêts de la BPI peuvent-ils servir d’apport pour les banques ?

Les prêts BPI ne sont généralement pas considérés comme des apports mais comme de la dette.

Comment ressentez-vous les mouvements d’oppositions à la méthanisation ?

A Energie Partagée on ressent effectivement beaucoup d’inquiétude. Nous faisons un travail d’explication et de pédagogie (par exemple https://decrypterlenergie.org/comprendre-la-methanisation-agricole et https://energie-partagee.org/ressource/webenr-transition-agricole-transition-energetique-2-3-avant-apres-un-projet-de-methanisation-quel-imp… ). Energie Partagée joue un rôle de “tiers de confiance” à travers sa Charte, nous sommes aux côtés des porteurs en réunion publique.

Autres structures*

Collectivités, SEM, Syndicats…

Fonds d’investissements privés…

Financement participatif…

Organismes bancaires…

*Ces listes ne sont pas exhaustives, elles sont basées sur les structures présentes dans le guide financements pour la méthanisation de l’ADEME, éventuellement complétées des structures connues de MéthaN-Action et/ou impliquées dans des projets de méthanisation néo-aquitains.

  • Share